La Femme n’existe pas

The Woman Does Not Exist

Siham Mehaimzi

Citer cet article

e-Référence

Siham Mehaimzi, « La Femme n’existe pas », GLAD! [En ligne], 05 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 22 avril 2019. URL : https://www.revue-glad.org/1369

Ce poème a pris forme sur plusieurs mois de voyage, il a été écrit sous la demande de Serge Pey pour la semaine contre les violences faites aux femmes qui s’est tenue à la cave poésie à Toulouse. « La femme n’existe pas » évoque une citation de J.Lacan. Il souligne le fait qu’il n’y a pas une définition de la Femme telle que la société nous l’invective qui viendra dire ce qu’est l’être profond qui nous anime par delà le sexe biologique. Toute la difficulté et l’enjeu était d’écrire un poème qui dépasse le conflit binaire homme/femme. Avec un thème aussi fort que la violence faites aux femmes, toute la question est de savoir comment le poème est au service d’un quelque chose qui à la fois nous dépasse et nous réunit. De là est née ce poème.

This poem took shape over several months of travel, it was written under the request of Serge Pey for the week against violence against women held at « La cave poésie » in Toulouse. "The Woman does not exist" evokes a quote from J.Lacan. He emphasizes the fact that there is no definition of Woman as society invents us who will come to say what is the deep being that animates us beyond biological sex. The difficulty and the challenge was to write a poem that goes beyond the binary conflict between man and woman. With a theme as strong as violence against women, the whole question is how the poem is at the service of something that both surpasses and brings us together. From there was born this poem.

Le corps n’y est pas
c’est cela le soleil
la France
rassie
brûlée
au néon
colon
collant
ma peau
ma chaire
ma fessée
ma voix
ma canicule organique
rompue de règle
du grand Ogre de Barbarie
écris
dans nos contes à dentelles
décousues
j’apaise les fibres verticales
l’immaîtrisée des salutations intersexuelles ci-jointes
horizontales
signées ci-contre
le sexe
oui le sexe
« je » est le sexe
« je » est le mâle
de la séduction massive 3D papier glacé
sur les seins lactoses
arrivez mes cordons
arrivez
à l’ombilique des limbes
où naît folie ménagère
branchée électrique
« vinaigre et lait »
coulé des flancs estuaires
à vos vestiaires non-mixtes
et b’habillez vos crrrotte-creuv-crravate de Femme
car tu me nommes « fatale »
maquillée ou sans clown
les hanches mesurées au cannabis patronal
larguent mon reflet natal
larguent mes pattes en caoutchouc truqué
larguent ma mémoire d’ancre
écrite avec des poiles
noirs
durcis
humains
toujours des poiles
partout des poiles
la cire existentielle
L’Oréal
et saine
dans l’auréole
sous le bras
nous sommes les poilues du siècle
les barbes d’assises
la parole moine
monnayable
dans les édifices cul-culturels
cul de ci et cul de ça
je lève mon doigt en l’honneur du ciel habité
car où t’habites
si «elle» phallique
j’habite au ventre de l’humanité
la gestation de mes questionnements
coupés au scalpel de l’excision
mentale
CAR-MEN tu es une femme

Image 100000000000049B00000643F0A9B23F.jpg

La Femme n’existe pas. Collage 2018, Nelly Sanchez

© Nelly Sanchez, https://www.nellysanchez.fr/

Ce poème a été publié dans Revue A littérature-action, n°2, septembre 2018, p.69.

La Femme n’existe pas. Collage 2018, Nelly Sanchez

© Nelly Sanchez, https://www.nellysanchez.fr/

Siham Mehaimzi

Siham Mehaimzi est née en 1988 à Agen de parents immigrés marocain descendants d'une tribu Sahraoui. Issue d'un milieu modeste, elle grandit dans un quartier populaire du sud de la France où elle commence à écrire à l'âge de 10 ans. Diplômée en psychologie clinique psychanalytique c'est à l'université au cours des «chantiers d'arts provisoires» qu'elle rencontre le poète Serge Pey qui découvre son travail et la programme à la cave poésie de Toulouse. Auprès de lui, elle participe à la marche de la poésie en hommage à Antonio Machado qui apparaît dans le film documentaire « la boite aux lettres du cimetière ». Formée par la compagnie du « théâtre 2 l'acte », Siham aspire à l'oralité de la poésie à travers laquelle vibre sa mémoire ancestrale, l'exil de sa mère et les questions féministes.
Siham a été publiée dans une anthologie des poètes de la cave poésie dans la revue Mange Monde aux éditions Rafael de Surtis, puis dans la Revue A revue transculturelle littérature action aux éditions Marsa et dans la revue Méninge.

Creative Commons : Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International